[Projet RP - CCC] Incarnadine - Le nouveau départ

Jeu de rôle
Cela faisait quelques temps qu'un sombre ordre s'était installé sur l'île de Fenris, terrorisant par ailleurs les quelques réfugiés de Hautebrande encore présent.

Une année s'était écoulée depuis la résurgence de la légion ardente sur Azeroth. Fenris, bien qu'épargnée par cela s'était cependant vue bousculée par d'autres choses. En plus des occupations habituelles de l’ordre, certains évènements l’avaient frappé.
Nombre de curieux sont venus sur cette île pour les rejoindre, la majorité ayant préféré fuir après avoir constaté la noirceur de l’Incarnadine.

Cependant, quelque chose s’agitait en son sein. Le donjon sombrait sous l’atmosphère lourde de la Forêt des Pins Argentés depuis quelques temps, habité par l’échos de quelques murmures discrets.

C'est peut-être pour cela, que Lisysse Elwaren demanda à ses officiers, appelés Ecarlates, de fermer les portes du donjon. Laissant l’Incarnadine s’endormir quelques temps.
La nouvelle fut surprenante, mais respectée. Les officiers s’exécutèrent et les portes se fermèrent.

Les membres se sont dispersés, ayant repris leurs anciennes activités pour certains, d'autres partit vers de nouveaux horizons.

Cependant tous savaient une chose. Si une catastrophe survenait, sur simple ordre de l'Incarna, l'ordre se remobiliserait.
Maha'tari regarde de loin les tours de Fenris...

Son chaman et époux est entré, et n'est pas ressorti ! Après avoir tenté de le retrouver, d'ameuter les occupants, elle les a vu partir tous, abandonnant le fort à la désolation.

Alors de guerre lasse, elle aussi a rebroussé chemin...

- Mais je rewiendwai Mec ! Il faudwa me le wendwe le chaman !

Elle attend que l'incarna donne l'ordre de rouvrir les portes, et de se mettre en route ! En attendant, la Horde a besoin de toutes les forces disponibles !
Incarnadine, hein? Si vous veniez du nord vous l'auriez appelé Pain au Incarnat, n'est-ce pas?
Je euh.... Les gars on a été découvert fuyez!
Vide. L'île était vide. Pas âmes qui vivent ou qui ne vivent pas d'ailleurs. Et ce depuis longtemps visiblement.
Elle tourna à l'angle d'un escalier de pierres antique avant de prêter attention à un vieux magazine poussiéreux à même le sol. Il titrait -Investissez dans les cités portuaires, Gentepression, une crise pour l’avenir!-.
Plutôt racoleur. Se dit-elle avant de réellement lui prêter de l'attention.
"Les cités portuaires hein?" Évoqua-t-elle tout haut.
Qu'est-il arrivé? Et quel rapport avec tous le reste? Cette pensée fut interrompu par un craquement de bois dans le hall, ou peut être à l'étage. Elle fourra le magasine dans sa sacoche et mit les voiles.

Rejoignez la discussion

Retour au forum