Pilier de bar [Projet RP CCC]

Jeu de rôle
Posé à la terrasse de la gargote se trouvant en face de mon turbin, je sirotais un bon punch de coco artificiel 100% naturel tout en lisant une des gazettes entassées sur le comptoir. Comptoir d’ailleurs sur lequel était endormis la plupart de la clientèle assommée par le retour du cagnard. J’étais posé à côté du nouveau transistor gobelin qui passait les derniers tubes du moment.

“...Un sursiiiis...
Je marge seul! Sous ta thune qui résonne,
Pour que Gazleu démissionne, je marge seul,
En faisant du beuUuurre!”


Encore un chant de bobo-anarcho-libéralo à la con. Je ne pouvais pas m’empêcher de laisser échapper un grognement. Je peux plus piffer ces beatniks coupés de la réalité. Y comprennent rien aux travailleurs. Mon voisin cracha dédaigneusement au sol. Ouep, on était bien d’accord.
Lâchant un soupir, j’attrapais une gazette “Sadikonomique”. Un journal dont la raison de vivre éditoriale était de se moquer des entreprises ayant fait faillite le mois passé. C’était accompagné de dessins marrants, des “sadikatures”. Bon, ils avaient pas inventé les pâtes à la crème de coco, mais ça détendait après une journée de travail.

Eh? Eh! Un papier vient d’échapper le magazine. Je me baisse pour le rattraper, on sait jamais, peut-être un bon d’échange oublié héhé? Ah non.
Ah bah non. Un papier publicitaire. “Investissez dans les cités portuaires, Gentepression, une crise pour l’avenir!”
On voyait sur le papier un petit port se trouvant au pied de petites falaises, dans un paysage aride, le tout à l'embouchure d'une fleuve ou d'une rivière.

C’est pas demain que je tomberai sur un chèque de 20 patates prêt à être encaissé.

J’interpellais le gérant:
-Lingy! Un demi!
Rappelle Pinceàsucre d'un ton exaspéré ! Elle a encore perdu la trace de Skalla le noir ! Là, dans ce bouiboui qui sent bon la marée, le sel et les pirates... Elle renifle, les mineurs aussi ? les marins ? et... les ivrognes !

Parcourant l'assistance de l'oeil elle cherche... un demi dragon, et bien sûr ne voit rien qui y ressemble.

Par contre, le gérant est un gros dégueulasse ! Il a laissé par terre des tas de tracts sur lesquels les clients ont marché : investissez dans les cités portuaires !

comme si la clientéle de ce bouge pouvait investir !

Elle se baisse et ramasse le papier le moins sale qu'elle trouve -les autres aussi ! faut rien gâcher hein ! elle trouvera une utilité... litiére de son crabe ? ou pâte à papier ? peu importe !- elle ramasse donc et lit...

Un entrepôt dans ce petit port ? Pourquoi pas ! Les entreprises Tournelestêtes pourraient ainsi se passer d'intermédiaires pour commercer avec les autres continents.

Elle regarde mieux la photo ! Déjà vu ce paysage ! Voyons... L'artiste a dessiné maladroitement un quai, des palmiers, une banque, quelques entrepôts, une auberge... Au large on voit des navires de la horde, et plus loin de l'alliance...

Et en arrière plan, des montagnes rougeâtres, arides, dénuées de végétation !

Mais où donc a-t-elle croisé ça !

Avec nostalgie elle se souvient son premier amour, ce beau gobelin bronzé et parfumé à l'eau de mer que ses parents ont prestement payé pour qu'il déguerpisse ! oui ! payé !!!

Ah mais oui ! Elle sait maintenant où l'investissement sera lancé ! Bien sûr ! excellente plate forme pour un commerce intensif ! Et sans doute plaque tournante des déplacements de troupes...

Sirotant son sirop de canneberge aromatisé au kaja'kola, elle imagine le futur entrepôt familial, et cherche encore du regard un demi elfe brun et un mage blond ! Mais où diable sont passé ces deux idiots !
Les Gobelins sont doués dans pas mal de domaines. Explosions, alchimie, commerce ou arnaques, chacun a sa branche et cherche à la faire fructifier tout en sciant celle du voisin.
Pour Gizmo Escrogriffe, c'était le ratage. Ses fruits étaient aussi pourris que son teint. Lui qui faisait hurler les midinettes, voilà qu'il avait une gueule à faire pleurer un huran !
Il avait voyagé, loin, très loin en compagnie de mercenaires. Il les avait malencontreusement perdus et avait enfin réussi à trouver une wyverne pour revenir au bercail. En entrant, il avait remarqué un drôle de prospectus pour investir dans les cités portuaires. Hmm...Pourquoi pas ? Pour le moment, il n'avait qu'une pensée en tête.
Il avança misérablement au comptoir avec ses loques. Et avec un seul mot aux lèvres.


-Boire...A boire...
Le gobelin semblait s'impatienter. Cela faisait déjà bien 2 minutes qu'il s'était mit à tapoter doucement son doigt boudiné vert sur la table, creusant un cratère; pas dans la table bien-sûr, mais dans la crasse qui la recouvrait.
"Dite' donc m'dame, on avait parlé d'un quart d'heure!
Sidisi leva le nez des documents commerciaux portuaires pour lui faire face.
- Un quart d'heure de consultation de vos registres d'entrée au port de Baillefond en effet, mais vous avez mis presque 7 minutes à m'apporter ce fameux registre.
- C'est que m'dame ils étaient bien rangés!
- Sur votre comptoir?.. Rétorqua-t-elle agacée.
- Ecoutez! Je ne v... Il s'interrompit, quelque chose avait capté son attention, la, sur le comptoir. Une petite carte de visite couleur crème ou peut être saumon sur laquelle on pouvait lire en toute lettres majuscules dorée "S.A.D.I.K".
Il ouvrit la bouche mais l'elfe le coupa.
- J'en ai terminée. Bien sur, si vous veniez à apprendre quelque chose sur ces marchandises... Elle laissa le silence s'installer.
- Je... Oui bien sur, bien évidemment.
- Bien."
Elle sortie une petit carnet noir, l'ouvrit et raya "baillefond" d'une liste comportant plusieurs villes dont, rayé, "gentepression" et "baie du butin".
Sans un mot de plus, elle mit les voiles.
Haïkki pestait encore sur ces tracts gobelins qui jonchaient le sol de tout Azeroth. Reconnaissant le paysage qui était représenté sur l'un d'eux, ses bougonneries se transformèrent en rouspétages :

- "Investissez dans les cités portuaires? De quoi il parle là? J'espère qu'ils vont pas venir piétiner nos plate-bandes. En tout cas, faudra surveiller ça de près pour pas rater une occasion de se faire du blé facile."

Tonton Haïkki, orc qui n'aime pas trop le changement
Noth Pestesème regarde le gobelin tremblant qui lui sert de contact !

- Qu'est ce que tu dis ? Qui ça ? un consortium privé ! Mais abruti c'est maintenant que tu m'en parles !

Noth, dit "Pilate -on se demande pourquoi ?-" réfléchit à toute vitesse ! Si des "privés" se mettent en place, fini son florissant commerce ! Il faut absolument que ces gobelins comprennent que seule la Confrérie peut exploiter les filons sur Kalimdor ! Qu'ils aillent donc se geler en Norfendre ! Il n'y a plus rien à prendre là bas, ou qu'ils retournent sur Argus !

Au gobelin plus vert que d'habitude il jette un :

- si tu ne me préviens pas sur le champ d'évènement de ce type, je te jure que je te fais bouffer par un worgen sauvage ! Ce territoire est le MIEN ! J'ai assez perdu à cause des grands de ce monde ! Ces gisements sont les miens ! et ce qui en sort ne peut passer que par moi ! Qui voudra l'acheter sera mon client !

Le gobelin -comptable de son état, affecté à la surveillance des investissements portuaires et du contrôle des marchandises- rapetisse à vu d'oeil...

C'est que la Confrérie -même devenue gilnéenne- n'est pas à négliger... Il a eu affaire aux "associés" de l'elfe plus d'une fois...

La mort n'est peut être pas une fin, mais elle ne le tente pas ...

Méfiez vous des vivants ! Ce fichu elfe dénaturé en premier !

Rejoignez la discussion

Retour au forum